les_femmes_qui_ont_marque_la_bretagne_anjela_duval_la_poetes_3567605_241x330p_1_

 

Dans le bois

 

Sur le tapis mou du bois

Avancer à pas de velours

S’asseoir à votre pied

Dans le clair-obscur et le silence.

Loin des querelles du monde.

Ecouter le bruissement de votre feuillage…

Et caresser alternativement

De la main et de l’œil…

Vous appelez à voix basse

Par vos noms merveilleux :

Chêne blanc. Tremble

Erable. Charme

Bourdaine. Osier. Bouleau blanc

Mes mille amis muets !…

2 décembre 1967

 

Traduit du breton par Paol Keineg

Du même auteur :

Poèmes de jour, poèmes de nuit / Barzhonegoù noz, barzhonegoù deiz (01/06/2014)

La feuille / An delienn (22/03/2017)

 

Er C’hoad

War ballen vlot ar c’hoad

Mont a bazioù voulouz

Azezan ouzh ho troad

Er brizhheol, en didrouz.

Pell eus tabut an dud.

Selaou sarac’h ho teil…

Ha flouran a bep eil

Gant va dorn ha va sell…

A vouezh dous ho kervel

A-bouez hoc’h anvioù-hud :

Derv-gwenn. Kroad-kren

Skav-gwrac’h. Faou-put

Evor. Aozilh. Bezv-gwenn

Va mil mignonez mut!...

2 a viz Kerzu 1967

 

Anjela Duval : « Quatre poires. Recueil bilingue de poèmes

choisis et traduits par Paol Keineg »

Editions Mignoned Anjela, 22500 Paimpol

Poème précédent en breton :

Paol Keineg : « Quand j’étais jeune… » / « Pa oan bihan… » (09/01/2018)

Poème suivant en breton :

 

Bernez Tangi : Grand Youenn / Youenn vras (02/04/2018)