ob_6a9fbb_buste_philippe_desportes_1_

 

Sommeil, paisible fils de la Nuit solitaire,


Père alme (*) nourricier de tous les animaux,                       (*) bienfaisant


Enchanteur gracieux, doux oubli de nos maux,


Et des esprits blessés l'appareil salutaire :

 



Dieu favorable à tous, pourquoi m'es-tu contraire ?


Pourquoi suis-je tout seul rechargé de travaux,


Or que l'humide nuit guide ses noirs chevaux,


Et que chacun jouit de ta grâce ordinaire ?

 



Ton silence où est-il ? ton repos et ta paix,


Et ces songes volant comme un nuage épais,


Qui des ondes d'Oubli vont lavant nos pensées ?

 



Ô frère de la Mort, que tu m'es ennemi !


Je t'invoque au secours, mais tu es endormi,


Et j'ards (*), toujours veillant, en tes horreurs glacées.         (*) je brûle

 

Stances

Du même auteur :

« Las. Je ne verrai plus… » (16/02/2015)

« Rosette, pour un peu d'absence… » (24/02/2017)

« Depuis le triste point de ma frêle naissance... (24/02/2019)