19772_112180106660_1_

 

Chant du destin d’Hypérion

 

Vous avancez là-haut dans la lumière

  Sur un sol tendre, bienheureux génies ;

    Les souffles scintillants des dieux

      Vous effleurent à peine,

         Ainsi les doigts musiciens

          Les cordes saintes.

 

Les habitants du Ciel vivent purs de Destin

  Comme le nourrisson qui dort ;

    Gardé avec pudeur

      En modeste bouton,

        L’esprit éternellement  

          Fleurit en eux.

            Et les yeux bienheureux

              Considèrent la calme

                Eternelle clarté.

 

Mais à nous il échoit

  De ne pouvoir reposer nulle part.

    Les hommes de douleur

      Chancellent, tombent 

        Aveuglément d’une heure

          A une autre heure,

            Comme l’eau de rocher

              En rocher rejetée

                Par les années dans le gouffre incertain.

 

Traduit de l’allemand par Philippe Jaccottet

1n, « Anthologie bilingue de la poésie allemande »

Editions Gallimard (La Pléiade), 1995

Du même auteur :

« Je connais quelque part un château-fort… » / « Das alte Schloss zu untergraben … » (14//02/2015)

Ainsi Ménon pleurait Diotima /Menons Klagen um diotima (14/02/2016)

Le Pays / Die Heima (06/02/2017)

Fantaisie du soir / Abendphantasie (06/02/2019)

En bleu adorable / In lieblicher Bläue (06/02/2020)

« Comme, lorsqu’au jour de fête... » / « Wie wenn am Feiertage... » (06/02/2021)

Fête de la paix / Friedensfeier (01/08/2021) 

 

 

Hyperions Schickalslied

 

Ihr wandelt droben im Licht


  Auf weichem Boden, selige Genien!


    Glänzende Götterlüfte


      Rühren euch leicht,


        Wie die Finger der Künstlerin


          Heilige Saiten.

 

 

Schicksallos, wie der schlafende


  Säugling, atmen die Himmlischen;


    Keusch bewahrt


      In bescheidener Knospe,


        Blühet ewig


          Ihnen der Geist,


            Und die seligen Augen


              Blicken in stiller


                Ewiger Klarheit.


 

Doch uns ist gegeben,


  Auf keiner Stätte zu ruhn,


    Es schwinden, es fallen


      Die leidenden Menschen


        Blindlings von einer


          Stunde zur andern,


            Wie Wasser von Klippe


              Zu Klippe geworfen,


                Jahr lang ins Ungewisse hinab.

 

 

 

Poème précédent en allemand :

Raoul Schrott : Du sublime III / Über das Erhabene III (01/01/2018)

Poème suivant en allemand :

Peter Huchel : Origine / Herkunft (16/04/2018)