19772_112180106660_1_

 

Chant du destin d’Hypérion

 

Vous avancez là-haut dans la lumière

  Sur un sol tendre, bienheureux génies ;

    Les souffles scintillants des dieux

      Vous effleurent à peine,

         Ainsi les doigts musiciens

          Les cordes saintes.

 

Les habitants du Ciel vivent purs de Destin

  Comme le nourrisson qui dort ;

    Gardé avec pudeur

      En modeste bouton,

        L’esprit éternellement  

          Fleurit en eux.

            Et les yeux bienheureux

              Considèrent la calme

                Eternelle clarté.

 

Mais à nous il échoit

  De ne pouvoir reposer nulle part.

    Les hommes de douleur

      Chancellent, tombent 

        Aveuglément d’une heure

          A une autre heure,

            Comme l’eau de rocher

              En rocher rejetée

                Par les années dans le gouffre incertain.

 

*

 

Lorsque j’étais enfant,

  Un Dieu souvent m’a sauvé

    Des cris et de la cravache des hommes,

      Je jouais, alors, sûr et bon

        Avec les fleurs du bois,

          Et les brises du ciel

            Jouaient avec moi.

 

Et, de même que tu mets

Le cœur des plantes en joie,

Quand elles tendent vers toi

Leurs bras délicats,

 

Tu as mis mon cœur en joie,

Ô mon père Hélios ! Et j’étais

Comme Endymion, ton préféré,

Ô lune sacrée.

 

Ô vous, dieux

Amicaux et fidèles !

Si vous pouviez savoir

Comme mon âme vous a aimés !

 

Certes je ne vous appelais pas

En ce temps-là par des noms, et vous non plus

Vous ne me nommiez pas, comme les hommes se nomment,

Comme s’ils se connaissaient.

 

Mais je vous connaissais mieux pourtant

Que j’aie jamais connu les hommes,

Je comprenais le silence de l’éther :

Je n’ai jamais compris la parole des hommes.

 

J’étais élève des sons harmonieux

Des arbres frissonnants du bois,

Et j’apprenais à aimer

Parmi les fleurs.

 

C’est dans les bras des dieux que j’ai grandi.

 

Traduit de l’allemand par Philippe Jaccottet

1n, « Anthologie bilingue de la poésie allemande »

Editions Gallimard (La Pléiade), 1995

Du même auteur :

« Je connais quelque part un château-fort… » / « Das alte Schloss zu untergraben … » (14//02/2015)

Ainsi Ménon pleurait Diotima /Menons Klagen um diotima (14/02/2016)

Le Pays / Die Heima (06/02/2017)

 

Hyperions Schickalslied

 

Ihr wandelt droben im Licht


  Auf weichem Boden, selige Genien!


    Glänzende Götterlüfte


      Rühren euch leicht,


        Wie die Finger der Künstlerin


          Heilige Saiten.

 

 

Schicksallos, wie der schlafende


  Säugling, atmen die Himmlischen;


    Keusch bewahrt


      In bescheidener Knospe,


        Blühet ewig


          Ihnen der Geist,


            Und die seligen Augen


              Blicken in stiller


                Ewiger Klarheit.


 

Doch uns ist gegeben,


  Auf keiner Stätte zu ruhn,


    Es schwinden, es fallen


      Die leidenden Menschen


        Blindlings von einer


          Stunde zur andern,


            Wie Wasser von Klippe


              Zu Klippe geworfen,


                Jahr lang ins Ungewisse hinab.

 

 

 

Da ich ein Knabe war,


  Rettet' ein Gott mich oft


    Vom Geschrei und der Rute der Menschen,

 

      Da spielt' ich sicher und gut


        Mit den Blumen des Hains,


          Und die Lüftchen des Himmels


            Spielten mit mir.

 

 

Und wie du das Herz


Der Pflanzen erfreust,


Wenn sie entgegen dir

Die zarten Arme strecken,

 

 

So hast du mein Herz erfreut


Vater Helios! und, wie Endymion,


War ich dein Liebling,


Heilige Luna! 

 

Oh all ihr treuen


Freundlichen Götter!


Daß ihr wüßtet,


Wie euch meine Seele geliebt!

 

Zwar damals rief ich noch nicht


Euch mit Namen, auch ihr


Nanntet mich nie, wie die Menschen sich nennen


Als kennten sie sich.

 

Doch kannt' ich euch besser,


Als ich je die Menschen gekannt,


Ich verstand die Stille des Äthers


Der Menschen Worte verstand ich nie.

 

Mich erzog der Wohllaut


Des säuselnden Hains


Und lieben lernt' ich


Unter den Blumen.

 

Im Arme der Götter wuchs ich groß.

 

Hyperion oder Der Eremit in Griechenland

 

Poème précédent en allemand :

Raoul Schrott : Du sublime III / Über das Erhabene III (01/01/2018)

Poème suivant en allemand :

 

Peter Huchel : Origine / Herkunft (16/04/2018)