p_brault_1_

 

Patience

 

nous ne partirons pas 

 

cette banquise neurasthénique porte l’espoir

des morts qui ne sont pas nés

 

si belle soit la terre promise ailleurs en d’autres mondes

ce n’est pas ici                                         

 

nous gèlerons sur place comme pères et mères

nous craquerons de froid de folie

nous ne partirons pas

 

que s’amènent les siècles les semaines les tiédeurs

de toundra les planètes apprivoisées

nous ne partirons pas

 

derniers parmi les derniers plus pauvres que les plus pauvres

sauvages des musées galaxiques caves des cris caverneux

nous ne partirons pas                                            

 

assignés à demeure survolés de chimères croyables epoussés

de terre la plus inhabitable taxés d’insomnies vidés

d’enfants viables mal logés entre les os et les os rayés

des dictionnaires sans plus rien des choses peut-être

humaines

 

nous ne partirons pas

nous ne partirons pas

 

La poésie ce matin

Editions Bernard Grasset,1971

Du même auteur : Suite fraternelle (10/10/2016)