114942121_1_

La perle, cette larme de la mer

 

Dans ma paume tremblante est posée une perle,

telle une larme jaune pâle gouttant de la mer…

 

quand les flots s’éloignent pleins de ressentiments,

sanglotent devant la blanche poitrine de la terre,

elle est larme brûlante dans les yeux du héros,

elle a sa loyauté,

la lumière envieuse

                   ne saurait la changer en goutte d’eau pure ;

quand l’ovation des vagues s’approchent,

la terre à bras ouverts accueille l’être aimé,

elle est fils de famille noble sur le sein d’une jeune fille

elle est sentimentale comme le cœur d’une jeune fille

le temps dans pitié

                    ne peut flétrir ses pétales.

 

Elle est maints étreintes

                    et adieux dans les larmes

et parmi tant de joies mêlées de tristesse

                    strophes sublimes abandonnées

elle est maints matins de brume

                    maintes nuits de pluie

et en de maintes années

                    cette harmonie musicale oubliée.

 

dispersée…

                    le sang des vaincus,

érigées…

                    les stèles des vainqueurs.

Elle fut témoin de la gloire empestant le sang,

elle a consigné des crimes grandioses.

 

Elle, si grandiose,

ses contours, ses coloris

englobent un vague et vaste univers,

résument ce monde immense ;

elle, si petite, pure comme mes vers,

le vent qui me fustige en gémissant,

ne peut l’arracher de ma paume.

 

Telle une larme jaune pâle gouttant de la mer,

dans ma paume tremblante est posée une perle …

 

Traduit du chinois par Chantal Chen-Andro

In, « Le ciel en fuite. Anthologie de la nouvelle poésie chinoise »

Editions Circé, 88210 Belval, 2004

Du même auteur :

? ! (01/08/2015)

Au chêne (01/08/2016)