20 novembre 2017

Maurice Bourg (1918 -) : Lecture

  Lecture   I      Oui, j’ai lu la Forêt, étage après étage.         Je me suis ancré dans le nœud de ses racines, dans l’aubier de son aubier, dans le parfum de son parfum.        Avec les yeux du lynx, l’ivresse de la grive, je l’ai feuilletée, saisons après saisons. Rugueux en sont les mots comme l’écorce. Mais frais, encore de feuillages arrachés à l’enfance.        Toujours derrière ma lecture, ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2017

« Il faudrait adopter le brouillard … » (12/12/2015) Richard Rognet (1942 - ) : « Je parlerai du mot pluie… »

        Je parlerai du mot pluie, du mot silence sous la pluie, je parlerai du jardin sous la pluie, de la facilité des fleurs à accepter les confidences du matin, je parlerai des vestiges, de tuiles tombées, de fontaines taries, de sources renaissantes, je parlerai de pulsations, de paupières, je marcherai vers la montagne, je me précèderai.   Parler, parler encore, là où le soleil s’étonne de frémir dans les branches, là où les chemins entrent au cœur du monde, parler, défaire, chaque mot... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2017

Voltaire (1694 – 1778) : A Madame du Chatelet

  A Madame du Châtelet   Si vous voulez que j’aime encore, Rendez-moi l’âge des amours ; Au crépuscule de mes jours Rejoignez, s’il se peut, l’aurore.     Des beaux lieux où le dieu du vin Avec l’Amour tient son empire, Le Temps, qui me prend par la main, M’avertit que je me retire.     De son inflexible rigueur Tirons au moins quelque avantage. Qui n’a pas l’esprit de son âge, De son âge a tout le malheur.     Laissons à la belle jeunesse Ses folâtres... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2017

Fernando Arrabal (1932 -) : Requiem pour la mort de Dieu

  Requiem pour la mort de Dieu   Dieu est-il mort ou bien les dieux A qui ma prière s’adresse ? Faut-il renoncer aux adieux ? Qui entendra notre détresse ?   La terre est vide et le ciel creux Jadis peuplé de tant de fêtes. Un temps où nous étions heureux Quand les dieux dansaient sur nos têtes.   Zeus a cessé de nous poursuivre De sa colère et de son foudre. L’or pour nous s’est changé en cuivre Et le marbre réduit en poudre.   Jéhovah ne nous parle plus Sur le Sinaï... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2017

Rouben Melik (1921 – 2007) : Le veilleur de pierre

Le Veilleur de pierre   Rouben je viens, mon nom le dit, des autres zones,        Je viens de l'âge haut et clair, Dans la bouche le goût des citrons et des chairs        Que brûlèrent les amazones,   La lèvre encore acide et le cœur plein des nuits        Plus vieilles que les chevauchées, Que tous les rochers d'os et de pierres séchées,        Que les racines et les fruits,   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2017

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 - 1841) : « Lorsque s’agite et joue la plaine jaunissante… »

  Lorsque s’agite et joue la plaine jaunissante Et la jeune forêt frisonne au vent léger, Et que sous un feuillage aux ombres caressantes La cerise mûrit dans l’enclos d’un verger ;   Lorsque dans l’aube d’or, le feu d’un crépuscule, Scintillant, arrosé de gouttes embaumées, Le muguet argenté sous un taillis ondule Et salue doucement, me laissant désarmé ;   Quand les sources glacées se réveillent, s’épandent, Et plongent la pensée dans un songe indistinct Et balbutient un chant tout empli des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2017

Jean Malrieu (1915 - 1976) : La joie

La joie   Avec au bord des lèvres la vie surprise au moment où j’allais dire ton nom Je m’avance, respire Tu es ma femme et je te connais depuis cent ans Tu es un château de feuilles   J’ai pris ta main au bout du soleil Et le soleil m’a dit une longue histoire de soleil Avec des radeaux sur la rivière Et la rivière m’a parlé de ton corps Et ton corps se termine par une main que j’ai rendue au soleil C’est toi Je suis fait d’ombre à tes côtés Je suis fait des silences que tu aimes   Nous sommes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2017

Raoul Hausmann (1886 – 1971) : Le rien noir néant

  (19/20 avril 1962) LE RIEN                 NOIR                            NEANT   Je l’ai vu. Je le vois. Je ne dirai pas quoi. Je ne le dis pas à toi. Quoi. Toi ? Moi. Je ne vois que le miroir. La nuit. Dans le noir. Le miroir miroite le noir. Le noir rien de rien. Je ne le dirai pas. Je ne le dis... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 novembre 2017

Jules Supervielle (1884 – 1960) : Nocturne en plein jour

  Nocturne en plein jour Quand dorment les soleils sous nos humbles manteaux Dans l’univers obscur qui forme notre corps, Les nerfs qui voient en nous ce que nos yeux ignorent Nous précèdent au fond de notre chair plus lente, Ils peuplent nos lointains de leurs herbes luisantes Arrachant à la chair de tremblantes aurores. C’est le monde où l’espace est fait de notre sang. Des oiseaux teints de rouge et toujours renaissants Ont du mal à voler près du cœur qui les mène Et ne peuvent s’en éloigner qu’en périssant ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2017

André Pieyre de Mandiargues (1909 - 1991) : Hedera ou la persistance de l’amour pendant une rêverie

  Hedera ou la persistance de l’amour pendant une rêverie   A Meret Oppenheim   Je vois blêmir de bruns étendards fumants Tous les drapeaux d’un monde inguérissable Quand grandit ce dur écheveau sombre L’ombre de ton corps sur un drap blanc Je vois rouiller le fer fondre la cire Choir le duvet de ces vaisseaux plumeux Que les chiens volants tirent en notre ciel Je vois au ruisseau les armes et leurs hommes Couler vers un sale bouquet de mains vertes Vers le sein gluant de la mère du monde Accroupie... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :