arton1075_1_

 

Le point du jour

 

Le point du jour

                    braise                 attisée

par la dernière brise

                              de la nuit

quel vide l’attire

                         le dilate

 

     déploie l’absence

sur quoi bientôt se dessinent

     les collines       les arbres

               les visages

          et cette fleur

où dort la mer brillante

 

le temps s’étale

                    à travers l’espace

     en tout sens

quand le point du jour

          ouvre le sens

     par où s’épanche

                    la lumière

     l’éclat des yeux

          la fournaise du solstice

et le soir qui ruisselle

               avec les ombres

 

mais toujours

          pointe le jour

               un rien de jour

presque

                    rien.  

 

Sainte Lumière

Editions Desclée de Brouwer, 1976     

Du même auteur : 

Le (26/11/2014)

« la neige dessine le silence… » (26/11/2015)

L’aube (26/11/2016)

« et là-bas toujours le cercle du soir... » (26/11/2018)