malrieucouv2_1_

La joie

 

Avec au bord des lèvres la vie surprise au moment où j’allais dire ton nom

Je m’avance, respire

Tu es ma femme et je te connais depuis cent ans

Tu es un château de feuilles

 

J’ai pris ta main au bout du soleil

Et le soleil m’a dit une longue histoire de soleil

Avec des radeaux sur la rivière

Et la rivière m’a parlé de ton corps

Et ton corps se termine par une main que j’ai rendue au soleil

C’est toi

Je suis fait d’ombre à tes côtés

Je suis fait des silences que tu aimes

 

Nous sommes jeunes et nos jours sont longs

 

Préface à l’Amour

Edition des Cahiers du Sud, Marseille, 1953

Du même auteur :

Le veilleur (14/11/2014)

Saison dorée (14/11/2015

Nuit d’herbe (14/11/2016)