31 octobre 2017

Table des auteurs au 31/10/2017

Aba (Nourredine) : « Je suis comme un enfant… » (10/15) Abel (Daniel) : Amour filial (09/14) Adonis / أدونيس : l’amour où l’amour s’exile (05/15) -  Miroir du chemin, chronique des branches (05/17) - Pays des bourgeons (05/16) Afifi Matar (Mohammed) / محمد عفيفي مطر : Lune rouge (09/14) Aist (Dietmar von) : « En haut sur un tilleul… » / « Ûf der linden obene… » (10/17) Akhmatova (Anna) / Ахматова (Анна) : Epilogue, I / эпилог, I (07/15)... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2017

Louis Brauquier (1900 – 1976) : Pluie

  Pluie   Elle se pose, couvre la terre, la pénètre Doucement – aussitôt ses racines s’émeuvent – Puis touche les formes nubiles du printemps.   Silence bienheureux des végétations, Inondées d’un plaisir, lent à naître, où s’ébranlent, Dans l’ombre, vers le jour, les sèves délivrées.   * Elle         s’enfonce                           hésite... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 octobre 2017

Jean-Paul de Dadelsen (1913 – 1957) : Oncle Jean

  Oncle Jean   ONCLE JEAN                     avait à maints égards                     avec long corps longs os long nez long nom                     de noblaillon frison de longue plaine en bordure de morne mer une altogether rather... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 octobre 2017

Gu Cheng / 顾城 ou 顧城 (1957 – 1993) : La terre est courbe

  La terre est courbe   La terre est courbe qui te cache à mon regard je n’aperçois que le ciel bleu de ton cœur dans le lointain   est-ce du bleu ? Du vrai bleu le bleu même du langage j’aimerais apporter la joie au monde mais les sourires se figent sur les lèvres   qu’on me donne plutôt un nuage pour effacer les clairs moments viennent les larmes à mes yeux vienne le sommeil à mon soleil   1981   Traduit du chinois par Isabelle Bijon In, « le ciel en fuite, anthologie de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2017

Jean Joubert (1928 – 2015) : « A l’aube… »

    XII A l’aube s’est levé                                                                       Les sables sont déserts ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 octobre 2017

Luc Decaunes (1913 – 2001) : Parler se fait rare

  Parler se fait rare Je perds le secret de mon propre langage  Je me fais vieux, je me fais peu  J'ai fort à faire avec mes habitudes  Chiens qui m'enseignent à mourir  Je ne sais plus ce que parler veut dire  Et les mots trahis  Les mots épuisés  Font la nuit sur moi  Comme sur la vie  Je perds le secret et le goût du langage  Je m'ennuie avec moi  Danger de mort  Mon enthousiasme mes lumières font long feu  Je ne sais plus qui regarder  ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 octobre 2017

Allen Ginsberg (1926 – 1997) : Howl

  Howl pour Carl Solomon   I J’ai vu les plus grands esprits de ma génération détruits par la folie, affamés      hystériques nus, se traînant à l’aube  dans les rues nègres à la recherche d’une furieuse piqûre, initiés à tête d’ange brûlant pour la liaison céleste ancienne avec la dynamo      étoilée dans la mécanique nocturne, qui pauvreté et haillons et œil creux et défoncés restèrent debout en fumant dans      l’obscurité surnaturelle des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 octobre 2017

Dietmar von Aist (1150 – 1180) : « En haut sur un tilleul… » / « Ûf der linden obene… »

  6.I   En haut sur un tilleul chantait un oiselet. A l’orée du bois il élevait sa voix. Alors mon cœur prit son essor à nouveau vers un endroit connu. Là je vis des roses : elles éveillent en moi maintes pensées qui vont vers une dame.   - Il y a bien mille ans, je crois, que les bras du bien-aimé ne m’ont serrée. Sans que je n’y sois pour rien il m’évite toujours. Depuis que je n’ai plus vu les fleurs ni entendu les oiseaux, brève a été ma joie et sans bornes ma peine !   6. II   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 octobre 2017

Li Bai / 李白 (701 – 762) : En cherchant Maître Yong-Tsouen à son ermitage

  En cherchant Maître Yong-Tsouen à son ermitage (1)   Parmi les pics dont l’émeraude touche au ciel,      Vous vivez librement, oubliant les années. J’écarte les nuées pour chercher la route ancienne ;      Je m’appuie aux arbres pour écourter les sources.   Dans la tiédeur des fleurs, les bœufs noirs sont couchés ;      Sur les pins élevés, les grues blanches s’endorment. Tandis que nous parlons, le crépuscule est tombé sur le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2017

Valéry Larbaud (1881 – 1957) : Prologue

  Prologue     Borborygmes ! Borborygmes !... Grognements sourds de l'estomac et des entrailles, Plaintes de la chair sans cesse modifiée, Voix, chuchotements irrépressibles des organes, Voix, la seule voix humaine qui ne mente pas, Et qui persiste même quelque temps après la mort physiologique...   Amie, bien souvent nous nous sommes interrompus dans nos caresses Pour écouter cette chanson de nous-même ; Qu'elle en disait long, parfois, Tandis que nous nous efforcions de ne pas rire ! Cela... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :