115480_004_2E080809_1_

 

En cherchant Maître Yong-Tsouen

à son ermitage (1)

 

Parmi les pics dont l’émeraude touche au ciel,

     Vous vivez librement, oubliant les années.

J’écarte les nuées pour chercher la route ancienne ;

     Je m’appuie aux arbres pour écourter les sources.

 

Dans la tiédeur des fleurs, les bœufs noirs sont couchés ;

     Sur les pins élevés, les grues blanches s’endorment.

Tandis que nous parlons, le crépuscule est tombé sur le fleuve ;

     Et seul je redescends dans le froid et la brume.

 

(1) Yong-Tsouen était un moine taoïste, vivant en ermite dans la montagne

 

Traduit du chinois par Tchang Fou-jouei et Yves Hervouet

In, « Anthologie de la poésie chinoise classique »

Editions Gallimard (Poésie), 1962

Du même auteur :

Chant de Qiupu (23/10/2016)

Accompagnant un ami (23/10/2018)