hqdefault_1_

 

Cartographie de la lumière

 

La lumière est aux aguets partout

Cachée dans les veines du vent.

Au fond des yeux de l’aube l’ancienne prisonnière

Dans les sentiers rudes et obscurs de la mer

Ou le crépuscule des cyprès qui seuls additionnent les morts

Et mieux que personne résistent au déchirement de l’éclat

Dans les cloîtres des confins.

Tandis que le volcan qui soudain tressaille

Terrifie la bête assoiffée qui cherche dans les genêts de la rosée

Puis l’éclat descendu de très haut.

 

Traduit du grec par Michel Volkovitch

In « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie"

Editions Gallimard / Cultures France (Poésie), 2010

Du même auteur :

Préhistoire (10/07/2014)

« Hauts paysages de l’ascension… »  (10/09/2015)

Première pluie (10/09/2016)