20 août 2017

Dino Campana (1885 – 1932) : Gênes / Genova

  Gênes   Dès lors que la nuée s’arrêta dans les cieux Dans le lointain sur l’infinie silencieuse Rade enfermée marine en ses voiles lointains, Et revenait l’âme partie Et tout alentour d’elle mystérieusement      enluminé déjà du jardin le vert Rêve dans l’apparence de ses coruscantes statues superbes surhumaine : et j’entendis et un chant j’entendis une voix de poètes Dans les fontaines et les sphynges aux frontons Un premier oubli bienveillantes aux courbés Humains encore offrir... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 août 2017

Gilles Baudry (1948 -) : « Nul ne sait… »

  Nul ne sait de quel rêve s’éprend une branche une fois que l’oiseau l’a quittée   Un silence de verdure L’enfance des arbres éditeur, 56700 Hennebont, 2017 Du même auteur :  « Du monde tu ne vois… » (09/07/2014) Coda (09/07 /2015) Le poète et son double (09/07/2016)   « Le cœur fait les cent pas... » (19/08/2018)  
Posté par bernard22 à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 août 2017

Alfred de Musset (1810 – 1857) : Derniers vers

  Derniers vers   L'heure de ma mort, depuis dix-huit mois,  De tous les côtés sonne à mes oreilles,  Depuis dix-huit mois d'ennuis et de veilles,  Partout je la sens, partout je la vois. Plus je me débats contre ma misère,  Plus s'éveille en moi l'instinct du malheur ;  Et, dès que je veux faire un pas sur terre,  Je sens tout à coup s'arrêter mon coeur. Ma force à lutter s'use et se prodigue.  Jusqu'à mon repos, tout est un combat ;  Et, comme un coursier brisé de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2017

Jean Marcenac (1913 – 1984) : Le beau visage double

  Le beau visage double   Les uns Dit-on L’amour D’autres La liberté   Ce n’est pas vrai   Ce sont les mêmes   Les yeux d’Elsa et de Louis se ressemblent   La rouille de ton cœur La rouille de tes armes Pareille à la montée d’insectes noirs sur ta figure   Nous les nommons la mort   Voilà tes ennemis   Le ciel La nuit font bon ménage Tout conspire à l’oubli   Les cloches du bonheur sonnent à l’excuse de la misère Le peu qu’elles nous cèdent a justifié nos... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2017

Avrom Sutzkever (1913 – 2010) / אַבֿרהם סוצקעווער : Dans la hutte de neige

  Dans la hutte de neige A Soleil couchant, chemins que bleuit le verglas. Douces couleurs de somnolence dans mon âme. Luit d’une hutte dans le val un pâle éclat, Sous la neige l’ensevelit le soir en flammes. Aux vitres les forêts-à-prodiges déboulent De magiques traîneaux tintent en carrousel, A l’angle du grenier des colombes roucoulent, Et déroucoulent mon visage. Sous le gel Rayé par des cristaux dont la pointe fulgure, Presque l’irréel l’Irtich se noue en palpitant. Sous des coupoles de silence et de froidure... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 août 2017

André Hardellet (1913 – 1977) : Poème

  Poème   Le mystère - c'est la voix étouffée des ramoneurs derrière les murs, et le parcours      de la Grange- Batelière sous l'Opéra. La peur - c'est un roulement de tombereau, la nuit, dans un bois où ne passe aucune      route. La douceur - c'est un vol de chouette, sous le taillis, au crépuscule.   Le contentement - c'est l'odeur d'une blonde qui, lente, efface ses bas noirs.   L'angoisse - c'est la congestion, comme une émeute violette, sur le bitume... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 août 2017

Pierre – Jean Jouve (1887 – 1976) : Eclairement

  Eclairement   J’émerge alors de l’angoisse quand le soleil Perce en se souvenant de sa droite les brumes A la saison vieillie par les glaives du ciel Bleu profond qui réchauffe encor les amertumes   Et me souviens : vous êtes amoureusement Tout amoureusement à toute heure de vie Si je sais vous aimer dès le souffle aspirant Seulement vous aimer où votre sein supplie   A la plaie ! Seulement uniquement aimer Par souffle et par poil frémissant et par penser Votre être ; et votre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 août 2017

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק : Albanie, vers la citadelle Kruja

  Albanie, vers la citadelle Kruja A Ukzenel Bucpapa   Le jus qu’on va tirer des feuilles sera l’encre verte dont je me servirai pour décrire les oliviers sur le chemin vers la citadelle. Ici ils ne sont pas plantés comme des cartes de visite que Noé avait éparpillées après le déluge, c’est un souvenir du prince Scanderberg qui, au quinzième siècle, avait ordonné à tous les nouveaux mariés de planter dix arbres au nom de leur amour. Les canons de l’histoire, pour embellir le langage, ne se sont jamais tus... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 août 2017

Michel Butor (1926 – 2016) : Vers l’été

    Vers l’été 1 Les nuages se séparent avec regrets   Les plaques de neige se fendillent pour laisser perler un torrent   Sur les phylactères des montagnes les anges calligraphient des runes indéchiffrables   C’est sur leur partition qu’ils improvisent mais nous n’entendons pas leur cantilène seulement la soufflerie des orgues   La nuit se fait plus indulgente il y a des aubes sans gelée blanche   Les étangs polissent leurs miroirs la roue des paons s’irise et se bronze ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 août 2017

Oscar Wilde (1854 – 1900): La ballade de la geôle de Reading / The ballad of Reading Gaol

      La Ballade de la geôle de Reading   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :