Couffon5_1_

 

Fenêtre sur la nuit

(fragments)

 

« J’écris avec des mots déterrés la nuit »

Edouard Glissant

 

Nuit

 

Sur l’eau polie du rêve

glisse un vide

nostalgique

la nuit dicte son silence

aux mots

Pourtant au fond

lueur instinctive

s’entrouve – presque imperceptible –

la fenêtre

du mystère…

 

 

Mots (I)

 

Dans le feu jaune de la nuit

les mots

parfois scintillent

ou fuient

violets verdâtres

collier brisé

froid

mort

dans les doigts de l’imaginaire

 

 

Mots (II)

 

« Une vois de violettes »

l’image

surgit et s’impose

caprice des mots

gratuité

ou mystère

du mystère qu’on nomme poésie ?

 

Il fait un temps de poèmes. Textes rassemblés et

présentés par Yvon Le Men.

Filigranes Editions, 22140 Trézélan, 1996