poeta_Jacques_Dupin_1_

 

Le règne minéral

 

Dans ce pays la foudre fait germer la pierre.

 


Sur les pitons qui commandent les gorges 

Des tours ruinées se dressent 

Comme autant de torches mentales actives 

Qui raniment les nuits de grand vent 

L'instinct de mort dans le sang du carrier.



Toutes les veines du granit 

Vont se dénouer dans ses yeux.

 

 

Le feu jamais ne guérira de nous

 

Le feu qui parle notre langue

 

Gravir

Editions Gallimard, 1963

Du même auteur :

 « j’ai cru rejoindre par instants… » (28/06/2014)

Grand vent (27/06/2015)

« Expérience sans mesure… » (28/06/2016)

Chapurlat (28/07/2018)

« Se lever tôt... » (28/07/2019)