AVT_Tahar_Ben_Jelloun_8918_1_

 

Je tourne le dos à la ville

et parle avec la mer

retournée la voix

comme la vague

les épaves ont gardé les cicatrices

des mémoires vagabondes

l’écume vient déposer le sel sur l’ancre

épouvantail des enfants orphelins

 

In, « Les Poètes de la Méditerranée. Anthologie »

Editions Gallimard (Poésie), 2010

Du même auteur :

Poèmes par amour (19/06/2015)

 « Que de cendres dans mon crâne… » (19/06/2016)