pierre_jakez_helias_1_

 

L’habitant-habité

 

Y a-t-il seulement quelqu’un

capable d’habiter un lieu,

de le réduire à sa merci,

d’en être tout à fait le maître

on de n’en faire qu’un avec lui,

de le dissoudre en sa personne ?

 

Et si c’était plutôt ce lieu-là,

miroir de vos affinités secrètes

qui vous habite,

qui s’empare de vous

à mesure qu’il se révèle,

non pas à force d’habitudes

- méfiez-vous de ce mot facile,

bien trop commun pour être honnête

 

mais dans ce temps qu’il vous envahit

comme un liquide qui désaltère

et quand vous n’avez plus soif

c’est que vous êtes devenu lui

sans cesser d’être vous !

l’habitant-habité

                c’est tout un.

 

 

An annezer annezet

 

Ma bez ez eus unan bennag

gouest da zond da jom en eul leh

d’ober da hennez plega deza

da veza penn-da-benn e vestr

pe rik ha striz d’unani gantañ

ha d’e deuzi en e gorv-beo

 

Ha ma vefe kentoh al leh-se,

gwir batrom or herentiezou kuz

hag a jom ennom,

a gemer warnom tu

dre ma teu d’en em ziskulia,

n’eo ket a-bouez en em voaza

- diwallit ouz seurt ger dilhan,

re forherlleg da c’hoari eeun

 

med beb ma’z oh aloubet gantañ,

re-bar d’eun dourenn dizehedus

hag eur wech torret o sehed

sed emoh deut da veza eñ

heb ehana da veza c’hwi,

An annezer-annezet

                unan ken

 

In, “Il fait un temps de poème

Textes rassemblés et présentés par Yvon Le Men »

Filigranes Editions, 22140 Trézélan

 

Poème précédent en breton :

Guy Etienne : « Attente…/ « Gortoz… » (01/05/2017