stefan_1_

 

Tu portes ton squelette en toi déjà

déjà ton squelette gesticule en toi

je te parle face à face en la glace

dans ta voix la mort vibre déjà

sans cesse ton cœur bat la mort

frère du présent souviens-toi

chaque jour creuse ta tombe

la face au ciel fascinée rés-

iste en ne résistant pas souviens-toi

jamais n’avoir vécu adieu l’artiste.

 

(Memento mori.)

 

Libères,

Editions Gallimard, 1970

Du même auteur :

 « les Vieux… » (19/04/2015)

(Messe blanche.) (19/04/2016)