AVT_Peter_Huchel_6889_1_

 

SOUS LA HOUE BRILLANTE DE LA LUNE

je mourrai,

sans avoir appris

l’alphabet de l’éclair.

 

Dans le filigrane de la nuit

sans avoir déchiffré

l’enfance des mythes.

 

Ignorant

je dévale,

jeté aux os des renards.

 

Traduit de l’allemand par Emmanuel Moses

In, Peter Huchel : « La tristesse est inhabitable »

Editions de La Différence (Orphée), 1990

Du même auteur :

Exil (16/04/2015)

Ferme Thomasset (16/04/2016)

 

 

 

UNTER DER BLANKEN HACKE DES MONDS

werde ich sterben,

ohne das Alphabet der Blitze

gelernt zu haben.

 

Im Wasserzeichen der Nacht

die Kindheit der Mythen,

nicht zu entziffern.

 

Unwissend

stürz’ ich hinab,

zu den Knochen der Füchse geworfen.

 

Gezählte Tage,

Suhrkamp Verlag,  Frankfurt, 1972

 

Poème précédent en allemand :

Friedrich Hölderlin : Le Pays / Die Heimat (01/02/2017)

Poème suivant en allemand :

Johann Wolfgang von Goethe: Chant de tempête du voyageur / Wanderers Sturmlied (23/06/2017)