Charles_d_Orleans_1_

 

Nouvelles ont couru en France 

Par maints lieux que j’étais mort, 

Dont avaient peu déplaisance 

Aucuns qui me hayent à tort ;

 Autres en ont eu déconfort, 

Qui m’aiment de loyal vouloir, 

Comme mes bons et vrais amis. 

Si fais à toutes gens savoir 

Qu’encore est vive la souris ! 

 

Je n’ai eu ni mal ni grevance (*)    (*) peine 

Dieu merci, mais suis sain et fort,

 Et passe temps en espérance 

Que paix, qui trop longuement dort, 

S’éveillera et par accord 

À tous fera liesse avoir. 

Pour ce de Dieu soient maudits 

Ceux qui sont dolents de voir 

Qu’encore est vive la souris ! 

 

Jeunesse sur moi a puissance 

Mais Vieillesse fait son effort 

De m’avoir en sa gouvernance. 

À présent faillira son sort.

 Je suis assez loin de son port, 

De pleurer veux garder mon hoir (*)   (*) héritier. 

Loué soit Dieu de Paradis 

Qui m’a donné force et pouvoir 

Qu’encore est vive la souris ! 

 

Nul ne porte pour moi le noir, 

On vend meilleur marché drap gris ! 

Or tienne chacun, pour tout voir (*),   (*) très vrai 

Qu’encore est vive la souris ! 

Du même auteur :

 « Le temps a laissé son manteau… » (20/03/2015)

« Ma seule amour… » (20/03/2016)

« Jeunes amoureux nouveaux… » (20/03/2018)

 

« Quand Souvenir ... » (20/03/2019)