RENE_DEPESTRE_PHOTO_1_

 

Dito

 

Mon avenir sur ton visage est dessiné comme des nervures sur une feuille

ta bouche quand tu ris est ciselée dans l’épaisseur d’une flamme

la douceur luit dans tes yeux comme une goutte d’eau dans la fourrure d’une

vivante zibeline

la houle ensemence ton corps et telle une cloche ta frénésie à toute volée

résonne à travers mon sang

Comme les fleuves abandonnent leurs lits pour le fond de sable de ta beauté

comme des caravanes d’hirondelles regagnent tous les ans la clémence de

ton méridien

en toute saison je me cantonne dans l’invariable journée de ta chair

je suis sur cette terre pour être à l’infini brisé et reconstruit par la violence

de tes flots

ton délice à chaque instant me recrée tel un cœur ses battements

ton amour découpe ma vie comme un grand feu de bois à l’horizon illimité

des hommes.

 

Minerai Noir,

Editions Présence Africaine,1956

Du même auteur :

Minerai noir (16/02/2016)

Atibon-Legba (07/02/2018)

Le métier à métisser (07/02/2019)