260px_Jakez_Riou_1_

 

La fontaine noire

 

L’eau lente

tombe,

goutte après goutte,

le long de la fougère.

 

Silencieuse et nonchalante

l’eau sourd

du flanc de la vallée ;

depuis des siècles

ses gouttes, toujours, toujours,

tombent du cœur de la roche.

 

Nuit et jour,

le long de la fougère,

goutte après goutte,

lente.

 

Sans aucun bruit,

elle tombe

le long de la fougère,

dans un creux si profond qu’on ne la voit pas.

 

Mais comment se fit-il,

que dans ma solitude,

je restai jusqu’au soir

à regarder, angoissé,

cette eau s’écoulant

goutte après goutte ?

Et quand vint la nuit,

j’entendis la roche saigner

le long de la longue fougère,

goutte après goutte,

lentement,

dans le calice

de la nuit.

 

Traduit du breton par Alain Le Berre,

Revue « Vagabondages, N° 36, Février 1982 »

Librairie Séguier,1981

 

Ar feunteun zu

 

An dour a gouezh,

goustad,

berad ha berad,

a-hed ar raden gouez.

 

Didrouz ha lizidour

e virbilh an dour

diouzh gorre ar bantenn ;

abaoe kantvedoù

e kouezh a veradoù

ingal, ingal, diouzh kalon ar garregenn.

Noz ha deiz,

a-hed ar raden leizh,

berad ha berad,

goustad.

Hep trouz ebet

e kouezh

a-hed a raden gouez,

en un naoz re zon evit bezañ gwelet.

Perak avat e c'hoarvezas,

p'edon va-unan,

e chomis betek ma nozas

o sellout, en estrenvan,

ouzh an dour o veradañ ;

ha pa nozas,

e klevis ar garregenn o wadañ,

a-hed ar raden hir,

berad ha berad,

goustad,

e kalir

an noz.

 

Revue “Gwalarn, N° 66 »,

Brest, 1934 

Poème précédent en breton :

Yann Ber Calloc’h: Pour les Trépassé / Eid an enan (19/09/1206) 

Poème suivant en breton : 

Anjela Duval (1905 -1981) : La feuille / An delienn (22/03/2017