220px_Malherbe_medaille_1815_AV_1_

 

     Sus, debout la merveille des belles,

     Allons voir sur les herbes nouvelles

Luire un émail dont la vive peinture

Défend à l’art d’imiter la nature.

 

     L’air est plein d’une haleine de roses,

     Tous les vents tiennent leurs bouches closes,

Et le soleil semble sortir de l’onde

Pour quelque amour plus que pour luire au monde.

 

     On dirait, à lui voir sur la tête

     Ses rayons comme un chapeau de fête,

Qu’il s’en va suivre en si belle journée

Encore un coup la fille de Pénée.

 

     Toute chose aux délices conspire,

     Mettez-vous en votre humeur de rire ;

Les soins profonds d’où les rides nous viennent

A d’autres ans qu’aux vôtres appartiennent. 

 

     Il fait chaud ; mais un feuillage sombre

     Loin du bruit nous fournira quelque ombre,

Où nous ferons, parmi les violettes,

Mépris de l’ambre et de ses cassolettes.

 

     Près de nous, sur les branches voisines

     Des genêts, des houx et des épines,

Le rossignol, déployant ses merveilles,

Jusqu’aux rochers donnera des oreilles.

 

     Et peut-être, à travers des fougères,

     Verrons-nous de bergers à bergères

Sein contre sein et bouche contre bouche,

Naitre et finir quelque douce escarmouche.

 

     C’est chez eux qu’Amour est à son aise ;

     Il y saute, il y danse, il y baise,

Et foule aux pieds les contraintes serviles

De tant de lois qui le gênent aux villes.

 

     O qu’un jour mon âme aurait de gloire

     D’obtenir cette heureuse victoire,

Si la pitié de mes peines passées

Vous disposait à semblables pensées !

 

     Votre honneur, le plus vain des idoles,

     Vous remplit de mensonges frivoles ;

Mais quel esprit que la raison conseille,

S’il est aimé, ne rend point la pareille ?

 

 

Du même auteur : Dessein de quitter une dame qui ne le contentait que de promesse (11/12/2015)