mambrino5_1_

 

L’aube

 

L’aube est vraiment                    suspendue

                                                           sur les collines

     posée à peine                    et comme prête

                      à se dissoudre dans sa lumière

pas même posée mais seulement

                                                                au contact

                           de ces collines diaprées

            sans aucun effleurement

                        à moins d’un souffle de distance

                                       les imprégnant

                                                         de son haleine

 

le gel tente en vain de fixer

                            la fragilité du jour

          le soleil se dilate

                               le feu gagne les pins

                ce sera bientôt           un autre jour

 

mais seule encore                la fragilité 

                               de l’aube

            l’adorable fugacité                 de l’aube

un reflet si faible si fragile

                      que la cascade est elle-même

                                                          suspendue

                             immobile la mort

 

Sainte lumière

Editions Desclée de Brouwer, 1976

Du même auteur :

Le (26/11/2014) 

Clairière (1 – 9) 26/(11/2015)

Le point du jour (21/11/2017)

Clairière (67-70) (26/11/2018)

Clairière (10 – 18) (26/11/2019)