jose_agustin_goytisolo_1_

 

J’invoque

 

Clarté, ne t’éloignes pas

de mes yeux, n’humilie pas

la raison qui m’encourage

à poursuivre. Ecoute,

derrière mes paroles,

le cri des hommes

qui ne peuvent pas parler.

Au nom des coups reçus,

de leur lutte engagée

contre le mur de l’ombre,

je te demande de persister

dans ton éclat, d’illuminer

ma vie, de rester

avec moi, clarté.

 

Traduit de l’espagnol par Claude de Frayssinet

In, « Poésie espagnole. Anthologie 1945 1990 »

Actes Sud / Editions Unesco, 1995

Du même auteur :

Précisément alors (25/11/2015)

 

Sans savoir comment / Sin sabercómo (25/11/2017)

 

 

 

Yo invoco



Claridad, no te apartes

De mis ojos, no humilles

La razón que me alienta

A proseguir. Escucha

Detrás de mis palabras

El grito de los hombres

Que no pueden hablar.

Por sus golpes, por toda

La lucha que sostienen

Contra el muro de sombra,

Yo te pido: persiste

En tu fulgor, ilumina

Mi vida, permanece

Conmigo, claridad.

 

Claridad

Diputación Provincial de Valencia, Valencia (España), 1961

Poème précédent en espagnol :

Luis Mizón: « De l’extrémité de la table… » / « Desde el extremo de la mesa » (05/08/2016)

Poème suivant en espagnol :

Antonio Machado: Aube sur Valence / Amanecer en Valencia (08/12/2016)