12 novembre 2016

Jules Supervielle (1884 – 1960) : Le forçat

  Le Forçat   Le forçat   Je ne vois plus le jour Qu’au travers de ma nuit, C’est un petit bruit sourd Dans un autre pays. C’est un petit bossu Allant sur une route, On ne sait où il va Avec ses jambes nues. Ne l’interroge pas, Il ignore ta langue Et puis il est trop loin, On n’entend plus ses pas.   Parfois, quand je m’endors, La pointe d’un épi Déserte mon enfance Pour me trouver ici. Epi grave et pointu  Epi que me veux-tu ? Je suis un prisonnier Qui ne sait rien des champs, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :