renee_vivien_1_

 

Devant l’été

 

Voici l’été… Les jours sont trop longs, mon amie,

L’ombre tarde…On attend l’heure du grand repos,

Des lys plus odorants, de la cloche endormie

De la grande fraîcheur des feuilles et des eaux

 

Je m’attriste de la clarté qui se prolonge

Mon cœur est l’ennemi des midis éclatants,

Et malgré que les jours soient beaux comme un beau songe,

Cette heure qui me plaît je l’attends trop longtemps.

 

Je le sais, le beau jour dore ta chevelure

Large et blonde et qui se réjouit du soleil,

Mais je préfère à tout cette tristesse pure

Et cet ennui final qui mènent au sommeil,

 

J’adore ton visage et je préfère l’ombre

Mystérieuse où je ne puis que t’entrevoir…

Je préfère à ton clair regard ton regard sombre,

Belle, tu m’apparais plus belle vers le soir,

 

Dans l’espoir de cette heure où tout désir s’émousse,

Oublions la splendeur dure des jours trop longs,

Dans ce désir et le regret de la nuit douce,

Par ces longs soirs d’été trop lumineux, allons…

 

Moi, je me baignerai dans cette ombre illusoire

De tes cheveux et de tes seins et de tes bras

En songeant à la paix, la douceur et la gloire

D’un beau soir violet qui ne s’achève pas.

 

Sillages

Éditions E. Sansot et Cie, 1908

Du même auteur :

Victoire (06/11/2014)

Nocturne (06/11/2015)