216px_Codex_Manesse_318r_Burggraf_von_Regensburg_1_

 

Je suis avec constance dévouée à un noble chevalier,

Comme mon cœur se réjouit quand je le tiens enlacé.

Qui par ses hautes qualités

se fait aimer de tout le monde peut- être en proie à une

     joyeuse fierté.

Eux tous ne peuvent m’enlever celui que depuis longtemps

j’ai élu avec une vraie constance en mon cœur et qui m’a

     fait connaître tant de joies.

Dussent-ils en tomber raides morts de dépit,

il me sera cher à jamais. Tous leurs efforts sont vains.

 

Traduit du moyen-haut allemand par

Danielle Buschinger, Marie-Renée Diot

Et Wolfgang Spiewok

In, " Poésie d’amour du Moyen Age allemand"

Union Générale d’Editions (10/18), 1993

 

Ich bin mit rehter staete einem guoten rîter undertân.

wie sanfte daz mînem herzen tuot, swenne ich in umbevangen

     hân !

der sich mit manegen tugenden guot

gemachtet al der welte liep, der mac wol hôhe tragen den muot ‘

’Sine mugen alle mir benemen, den ich mir lange hân erwelt

ze rehter staete in mînem muot, der mich vil meneges ’liebes

     went.

und laegen sî  vor leide tôt ,

ich wil ime iemer wesen holt. si sint betwungen âne nôt. ‘

 

 

Des Minnesangs Frühling.I

Nouvelle édition revue par H.Moser et H. Tervooren.

37ème édition, Stuggart, 1982

Poème précédent en moyen haut-allemand :

Der von Kürenberg: « J’étais, tard dans la nuit… » / « Ich stuont mir… » (28/04/2016)