220px_USSR_stamp_N

 

Peut-être que moi

 

Peut-être que moi

               de ce jour

                         bien plus avant :

               me balançant pendu place du Pont

               je laisserai un matin tomber mon ombre sur l’asphalte

 

Peut-être que moi

               de ce jour

                         bien plus après :

               une trace de barbe blanche sur ma mâchoire rasée

                                                         je serai encore vivant…

 

Et moi

               de ce jour

                         bien plus après :

                                             si je suis encore vivant,

aux coins des places vides m’adossant

                                              aux murs.

à ceux qui comme moi à la dernière tourmente survécurent

                                                                     aux vieillards

je vais jouer les soirs des fêtes

                                  du violon…

 

Tout autour, d’une nuit merveilleuse

                                   les trottoirs illuminés

et des hommes nouveaux

                            chantant des nouvelles chansons

                                                                     les pas…

1930

 

Traduit du turc par Fikret Adil

Revue « Bifur, N° 8 »

Editions du Carrefour, 1931

Du même auteur :

La plus drôle des créatures (19/10/2015)

La cigarette non-allumée (19/10/2017)

Lettres et poèmes (1942 – 1946) (06/03/2019)