1401910647

 

Amsterdam – Rembrandtsplein

 

Je mourrai sous le ciel de l’aube

tel un enfant sans cœur

dans les reflets froids du matin

ô solitude

sans un cri sans une larme d’autrui

à l’heure où les dahlias se fanent

abandonné des oiseaux

Je mourrai sur mon lit défait

en noir et blanc

dans l’appel des bateaux du rêve

comme j’ai vécu

avide et las triste et blessé coupable

n’ayant pas su prolonger dans l’eau

l’ombre d’un étoile

ô solitude

Je mourrai dans l’odeur des lilas

à l’instant du dernier blues

dans les frissons du matin blême

Je mourrai de trop de larmes

dans l’odeur bleue du gaz

et Melitta Berg chantera

Eine Rose aus Santa Monika

sans lever du soleil sur la mer

Je mourrai sous un ciel gris

d’avoir su mal aimer.

 

Oeuvre poétique

Editions de la Table Ronde, 2006

Du même auteur :

« J’ai laissé tant d’amour dans les villes d’Europe… » (08/09/2014)

Elégie (13/10/2017)