denis_rouvre_1_

 

Mon corps est comme un sac traversé de fils rouges

Il fait noir dans la chambre, mon œil luit faiblement,

J’ai peur de me lever, au fond de moi je sens

Quelque chose de mou, de méchant, et qui bouge.

 

Cela fait des années que je hais cette viande

Qui recouvre mes os. La couche adipeuse,

Sensible à la douleur, légèrement spongieuse.

Un peu plus bas il y a un organe qui bande.

 

Je te hais, Jésus-Christ, qui m’a donné un corps

Les amitiés s’effacent, tout s’enfuit, tout va vite,

Les années glissent et passent et rien ne ressuscite

Je n’ai pas envie de vivre et j’ai peur de la mort.

 

La poursuite du bonheur

Editions de la Différence, 1991

Du même auteur :

« Est-il vrai … » (06/10/2014)

Fin de soirée (06/10/2015)

« Le jour monte et grandit… » (06/10/2017)

Différenciation rue d’Avron (06/10/2018)