AuQ7rvODv6yAPkegvbza0bhGKVU_1_

 

J’ouvre le livre

un peu comme

on ouvre une fenêtre

pour découvrir, dès l’aube,

un fragment du paysage.

 

Après je bénis le jour.

Personne ne me voit.

Je parle.

Je donne du pain aux morts.

Et je jette les dernières étoiles

Au fond du puits.

 

 

Visions claires d’un semblant d’absence au monde

Editions Paroles d'aube, 1998 

 

Du même auteur :

« Dès l’aube, la brume… » (03/10/2017)

« Hier soir un homme... » (03/10/2018)