14 septembre 2016

Song Lin / 宋林 (1959 - ) : Vestibule

      Vestibule   A présent, la porte grand ouverte est ange de blancheur. Une fois encore, nous émigrons. Le souffle de la mer se fait plus proche, la nuit, les sons tristes d’un sifflet comme chant de sirène   arrivent sur l’oreiller. Quand le soleil mouillé d’un bond      se lève, avec le manuscrit en rêve, difficile à saisir, ils deviennent écume, symboles privés de magie, déjà se font sujet de conversation intime.   Je fixe le vestibule (après avoir placés au mur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 septembre 2016

Alain Le Beuze (1958 - ) : suites des ténèbres

  suites des ténèbres   De tout paysage garder intense la transe du passage Aimé Césaire   - Le lieu affleure de l’impatience des mots      Otage des indices que l’écriture lève, la lecture le dérobe à son sommeil de glaise, lui transmet l’éclat de l’inachevé, les prétextes du sens.   - Le lieu se fait alors à nos ténèbres       en bas         la mer laborieuse décadastrée        archive sa litanie de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 septembre 2016

Charles Dobzynski (1929 – 2014) : Je dois réponse à tout

  Je dois réponse à tout   Je dois réponse à tout car j’ai tout partagé La promesse et l’espoir le lit de l’habitude L’usure des saisons la houle de l’oubli Les jours et leur dépôt de calcaire en nos veines   Je dois réponse à tout car j’ai tout accepté Au nom de la raison j’ai choisi sans regret La route la plus dure incertain de l’issue Sans être sûr d’atteindre un rivage changeant   Pour le meilleur et pour le pire j’ai chanté Et ma vie se jetait à la tête des choses Comme un fleuve je me mêlais... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2016

Andrée Chedid (1920 – 2011) : Je t’aime, hostile oiseau

  Je t’aime, hostile oiseau   Ce n’est pas de mourir que nous mourrons Mais de porter le jour en mille échardes D’être la proie d’un seul de nos visages De tenir nos maisons pour le lieu   Ce n’est pas de mourir que nous mourrons Mais de l’écume qui perd mémoire de ses tempes d’océan   De l’herbe forcée dans son repaire Des plaines que l’heure racornit   Gorgés de forêts insondables De n’en dévoiler qu’un rameau Et du hasard, Atoll qui se réduit   Vie tigrée sur nos vies A... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2016

Stratis Pascalis / Στρατής Πασχάλης (1958 - ) : Première pluie

  Première pluie   L’automne est entré dans la maison comme une femme qui tient une lampe allumée.   (Dehors il commence à pleuvoir.)   Timide elle pose la lumière sur la table et sort sans bruit, paysanne sentant le thym et l’olivier mouillé.   Traduit du grec par Michel Volkovitch In « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie" Editions Gallimard / Cultures France (Poésie), 2010 Du même auteur : Préhistoire (10/07/2014) « Hauts paysages de l’ascension… » (10/09/15) ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 septembre 2016

Jules Laforgue (1860 – 1887) : L’hiver qui vient

  L'hiver qui vient   Blocus sentimental ! Messageries du Levant !.. Oh, tombée de la pluie ! Oh ! tombée de la nuit, Oh ! le vent  ... La Toussaint, la Noël et la Nouvelle Année, Oh, dans les bruines, toutes mes cheminées !.. D'usines...   On ne peut plus s'asseoir, tous les bancs sont mouillés ; Crois-moi, c'est bien fini jusqu'à l'année prochaine,   Tant les bancs sont mouillés, tant les bois sont rouillés, Et tant les cors ont fait ton ton, ont fait ton taine !..   Ah, nuées... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2016

Benjamin Péret (1899 -1959) : Le congrès eucharistique de Chicago

  Le congrès eucharistique de Chicago   Lorsque les cloportes rencontrent les cafards et que les biftecks      verdâtres secrètent leurs hosties tous les crachats se réunissent dans le même égout et disent Jésus vient avec nous et toutes les biques du monde répandent leurs crottes dans l’égout et s’ouvre le congrès eucharistique et chacun d’accourir vers les divins excréments et les crachats      sacrés   C’est que dieu constipé depuis vingt siècles n’a plus de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 septembre 2016

Anne Hébert (1916 – 2000) : Neige

  Neige   La neige nous met en rêve sur de vastes plaines sans traces, ni    couleur Veille mon cœur, la neige nous met en selle sur des coursiers    d’écume Sonne l’enfance couronnée, la neige nous sacre en haute mer,    plein songe, toutes voiles dehors La neige nous met en magie, blancheur étale, plumes gonflées    où perce l’œil rouge de cet oiseau Mon cœur ; point de feu sous les palmes de gel file le sang qui    s’émerveille.   Poèmes Editions... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 septembre 2016

Victor Ségalen (1878 – 1919) : Edit Funéraire

    Edit funéraire               Moi l'Empereur ordonne ma sépulture : cette montagne hospitalière, le champ qu'elle entoure est heureux. Le vent et l'eau dans les veines de la terre et les plaines du vent sont propices ici. Ce tombeau agréable sera le mien. *      Barrez donc la vallée entière d'une arche quintuple : tout ce qui passe     est ennobli.      Étendez la longue allée... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 septembre 2016

Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont (1846 – 1870) : « Vieil océan, ô grand célibataire… »

        Vieil océan, ô grand célibataire, quand tu parcours la solitude solennelle de tes royaumes flegmatiques, tu t’enorgueillis à juste titre de ta magnificence native, et des éloges vrais que je m’empresse de te donner. Balancé voluptueusement par les molles effluves de ta lenteur majestueuse, qui est le plus grandiose parmi les attributs dont le souverain pouvoir t’a gratifié, tu déroules, au milieu d’un sombre mystère, sur toute ta surface sublime, tes vagues incomparables, avec le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :