brebis_1_

 

Le congrès eucharistique de Chicago

 

Lorsque les cloportes rencontrent les cafards et que les biftecks

     verdâtres secrètent leurs hosties

tous les crachats se réunissent dans le même égout et disent

Jésus vient avec nous

et toutes les biques du monde répandent leurs crottes dans l’égout

et s’ouvre le congrès eucharistique

et chacun d’accourir vers les divins excréments et les crachats

     sacrés

 

C’est que dieu constipé depuis vingt siècles n’a plus de boueux

     messie pour féconder les terrestres latrines

et les prêtres ne vendangeaient plus que leur propre crottin

C’est alors que leur sueur murmure

Vous êtes du cambouis et je suis dieu

Pour me recevoir vous tendrez vos vastes battoirs

Lorsque vos oreilles et votre nez se rempliront de boue

vous me verrez sous la forme d’un putois pourri

 

Alors tous les pous nègres se retrouvèrent sur la même fesse

et dirent Dieu est grand

dieu est plus grand que notre fesse

Nous avons fait l’hostie il nous a faits crapauds

pour que nous puissions tout le jour coasser le dies irae

 

cependant la poussière des césars pénétrait dans leurs naseaux

et ces ruminants beuglaient

Judas a vendu dieu comme des frites

et ses os ont gratté le sabot des purs-sang

 

Ah qui nous donnera un dieu rafraîchi comme un crâne sortant

     du coiffeur

un dieu plus sale et plus nu que la boue

Le nôtre lavé par les rivières

n’est plus qu’un absurde et livide galet.

 

In, Revue « La Révolution surréaliste, N° 8, 1er Décembre 2016 »

Du même auteur :

Epitaphe sur un monument aux morts de la guerre (28/07/2014)

Allo (28/07/2015)

Des cris étouffés (21/09/2017)

Se laver les mains (29/01/2019)

« Le feu vêtu de deuil » (29/01/2020)