200_m_darwich_1_

 

A ma mère

 

J'ai la nostalgie du pain de ma mère,


Du café de ma mère,


Des caresses de ma mère...


Et l'enfance grandit en moi,


Jour après jour,


Et je chéris ma vie, car


Si je mourais,


J'aurais honte des larmes de ma mère !



Fais de moi, si je rentre un jour,


Une ombrelle pour tes paupières.


Recouvre mes os de cette herbe


Baptisée sous tes talons innocents.


Attache-moi


Avec une mèche de tes cheveux,


Un fil qui pend à l'ourlet de ta robe...


Et je serai, peut-être, un dieu,


Peut-être un dieu,


Si j'effleurais ton coeur !

 


Si je rentre, enfouis-moi,


Bûche, dans ton âtre.


Et suspends-moi,


Corde à linge, sur le toit de ta maison.


Je ne tiens pas debout


Sans ta prière du jour.


J'ai vieilli. Ramène les étoiles de l'enfance


Et je partagerai avec les petits des oiseaux,


Le chemin du retour...


Au nid de ton attente !

1966

 

Traduit de l’arabe par Elias Sanbar

In, Mahmoud Darwich « La terre nous est étroite et autres poèmes »

Editions Gallimard (Poésie), 2000

Du même auteur :

Fresque sur le mur 29/(06/2014)

Pluie d’automne lointain (29/08/2015)

La quasida de Beyrouth (29/08/2017)

   درس من كاما سوطرا  /  L’art d’aimer  (29/082018)

« Racontez-moi mon pays ... » (29/08/2019)

 

 


إلـى أمّــي



أحنُّ إلى خبزِ أمّي

وقهوةِ أمّي

ولمسةِ أمّي

وتكبرُ فيَّ الطفولةُ

يوماً على صدرِ يومِ

وأعشقُ عمري لأنّي

إذا متُّ

أخجلُ من دمعِ أمّي

خذيني، إذا عدتُ يوماً

وشاحاً لهُدبكْ

وغطّي عظامي بعشبِ

تعمّد من طُهرِ كعبكْ

..وشدّي وثاقي

..بخصلةِ شَعر

بخيطٍ يلوّحُ في ذيلِ ثوبكْ

عساني أصيرُ إلهاً

..إلهاً أصير

! إذا ما لمستُ قرارةَ قلبكْ

ضعيني، إذا ما رجعتُ

وقوداً بتنّورِ ناركْ

وحبلِ الغسيلِ على سطحِ دارِكْ

لأني فقدتُ الوقوفَ

بدونِ صلاةِ نهارِكْ

هرِمتُ، فرُدّي نجومَ الطفولة

حتّى أُشارِكْ

صغارَ العصافيرِ

..دربَ الرجوع

لعُش انتظارِك