110_110914151222_1_

 

Le vent d’après

Le vent d’avant

 

Depuis jamais

Je sais toujours

Souvenir d’avenir après toute vie révolue

Prévision d’autrefois d’avant tout mouvement

Avant que soit

Le premier mouvement le vent

Pour quel crime immense inconnu

D’un juge qui n’est que moi-même

Ma condamnation au présent à perpétuité

Eternité

Depuis jamais

Je sais toujours

Prévoir me souvenir du vent qui vient de plus loin que la lune

Et les étoiles

Le vent de bête légion

Qui glisse de plus loin que l’humaine illusion de tout l’espace

     oblong

Le vent de bêtes et de griffes

Qui hurlent dans les caves du ciel

Déchirent des lambeaux de soie noire aux parois supérieures de

     l’éther

Le vent qui vient de plus loin que tout l’espace plein

Le granit d’un seul grain de granit

Granit sans grains

Le granit plein

Le vent qui vient de plus loin que l’éternelle limite

Où le marbre est perméable au tulle

Et les étoiles alvéoles perméables à l’éther dentelles

Le vent qui n’a jamais dépassé

L’ourlet croquant de mon oreille

Le vent qui n’a jamais pénétré sous mon crâne

Jamais fait résonner les grottes de mes tempes

Le vent qui secoue l’étendue onduleuse de tout

Mais le vent qui ne peut secouer moi le vide

Le trou d’absence dans le monde

Le défaut du cristal le crachat de l’émeraude

L’entonnoir le trou.

 

Espace que détient mon corps statufié dans l’espace

Mon corps est le seul lieu où je ne me sais pas

Le seul lieu où je ne sois pas

Moi qui suis le vent d’avant tout mouvement

Le vent vivant après toute vie révolue

Le vent qui vient de plus loin que la forme oculaire de

     l’infini de l’homme

Limite de souffrance la peau seule opacité

Nuit du tambour increvable

Que les volcans du vent fassent éclater mon crâne

Retournez-moi comme un gant

Dévaginez-moi jetez-moi  nu tout vif écorché à l’amour

     souterrain de l’ombre de l’envers du monde

 

Arrachez la viande de mes jours

Pour que je voie enfin mon rire de mort

 

La vie l’amour la mort le vide et le vent

Editions des Cahiers libres, 1933

Du même auteur :

Je n’ai pas peur du vent (08/08/2014)

Sacre et massacre de l’amour (08/08/2015)

Chassé – croisé du coma (08/08/2017)