14 juillet 2016

Jean-Pierre Siméon (1950 - ) : « Rien n’est plus beau… »

      Rien n’est plus beau qu’un amour qui ne se croit pas immortel qui a la souple respiration du voilier endormant la vague prodige oui mais qui se sait tributaire d’un vent si incertain qu’il voudrait d’un seul déploiement de son erre boire toute une nuit d’étoiles et de lune pleine   Un amour comme une joie d’enfance grandie de sa fin trop proche et qui se tient timide au faîte de l’instant   nid d’hirondelle dans le noir ah ce n’est pas cela un amour de légende qui se targue... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2016

Léopold Sédar Senghor (1906 – 2001) : Ndessé.

    Ndessé. (1)   Mère, on m’écrit que tu blanchis comme la brousse à l’extrême    hivernage Et je devrais être ta fête, la fête gymnique des moissons Ta saison belle avec sept fois neuf années sans nuages et les greniers    pleins à craquer de fin mil Ton champion, Kor-Sanou ! Tel le palmier de Katamague Il domine tous ses rivaux de sa tête au mouvant panache d’argent Et les cheveux des femmes s’agitent sur leurs épaules, et les cœurs des    vierges dans le tumulte de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2016

Jacques Prévert (1900 -1977) : Les enfants qui s’aiment

    Les enfants qui s’aiment     Les enfants qui s’aiment s’embrassent debout Contre les portes de la nuit Et les passants qui passent les désignent du doigt Mais les enfants qui s’aiment Ne sont là pour personne Et c’est seulement leur ombre Qui tremble dans la nuit Excitant la rage des passants Leur rage leur mépris leurs rires et leur envie Les enfants qui s’aiment ne sont là pour personne Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit Bien plus haut que le jour Dans l’éblouissante clarté de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 juillet 2016

Issa Makhlouf (1955- ) / عيسى مخلوف : « On tue pour manger… »

         On tue pour manger. On chasse l’oiseau dans son ciel et le poisson dans ses mers. L’animal on l’égorge et on déracine l’herbe.      Quelqu’un dans l’ombre nous tue et nous mange.   Traduit de l’arabe par Nabil el-Hazan, Mirage, Editions José Corti, 2004 *   Sous nos yeux le noyé appelle au secours. Et nous, derrière la vitre, nous lui faisons signe de la main et sourions.   Traduit de l’arabe par Abdellatif Laâbi Lettre aux deux sœurs ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2016

José Manuel Caballero Bonald (1926 - ) : Ma prophétie, c’est ma mémoire / Mi propia profecía es mi memoria

  Ma prophétie, c’est ma mémoire   Je reviens dans la chambre où je suis seul chaque nuit, entrepôt des jours qui ont sombré dans leur miroir irréparable. Là, parmi les témoignages ligotés, ma vie gît, immobile, avec ses papiers au destin instable.                                 Le bois, le tremblé de la lampe, le cristal visionnaire, les fragiles ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2016

Gilles Baudry (1948 - ) : Le poète et son double

  Le poète et son double   - 1 – Je crois que j’entrevois   Qui parle ainsi à son insu peut-être jamais moins seul qu’en votre compagnie ? Il est ici mais ses yeux sont lointains      Vous avez beau scruter il n’y a rien à la fenêtre qui se signe qu’un peu de buée qu’une promesse tenue en haleine      Le cœur hésite à faire quelques pas et dans la nuit si longue à se dévêtir une lampe bourgeonne      La lumière est ici l’autre nom... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 juillet 2016

Pierre Autin-Grenier (1947 – 2014) : « Depuis l’aube en silence… »

      Depuis l’aube en silence, la pluie lavait le pavé de la ville. Quand même, vitrines sales de désillusion, carreaux cassés. Aucun mot ne pouvait plus dire l’exil des oiseaux lointains des arbres. Et la tristesse, du haut  des toits, qui tirait à bout portant ! Partout dans les rues passagères. C’était encore un dimanche ; une fois de plus et comme tous les jours ; bien entendu. - Si c’est cela vivre… dit quelqu’un qui passait parlant pour soi-même. Maintenant je le connais trop ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 juillet 2016

Xavier Grall (1930 – 1981) : Les Déments

  Les Déments   Par les chemins noirs De l’Arrée Où vont-ils les déments ? Ils poussent des troupeaux souillés Dans les vallons de tourbes Et dans leurs caboches molles Des cloches d’airain cognent Des glas épouvantables Et de torrides effrois   On les voit les déments du côté de Commana De Botmeur et de Brasparts Leur panse pourrie de cidres amers Et de vinasses violettes Effrayant les corneilles Que les épouvantails angoissent Ils bavent les déments comme des gargouilles Des jurons... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 juillet 2016

Jan Vladislav (1923 – 2009) : Laisses

    Laisses   Pour que tu puisses les lire, que tu les comprennes, pour que tu trembles, feuille sous la bouche du vent.   * Pour que la rumeur des vagues des dunes lointaines y murmure, de la mer qui monte aux lèvres dès qu’on y plonge la coupe.   * Pour que le souffle y couve de chatoyantes coquilles de mer, flammèches d’échos secrets que rien n’étouffe.   * Pour que tu puisses les porter cent ans plus tard à l’oreille et retrouver ce qu’aujourd’hui je te dis sans le dire. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juillet 2016

René Daumal (1908 – 1944) : Mémorables

  Mémorables      Souviens-toi : de ta mère et de ton père, et de ton premier mensonge, dont l’indiscrète odeur rampe dans ta mémoire.      Souviens-toi de ta première insulte à ceux qui te firent : la graine de l’orgueil était semée, la cassure luisait, rompant la nuit une.      Souviens-toi des soirs de terreurs où la pensée du néant te griffait au ventre, et revenait toujours te le ronger, comme un vautour ; et souviens-toi des matins de soleil dans la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :