montale[1]

 

A midi faire halte, pâle et pensif,

A l’ombre près d’un brûlant mur d’enclos,

Ecouter parmi les ronces et les broussailles

Claquements de merles, bruissements de serpents.

 

Dans les craquelures du sol ou sur la vesce

Epier les files de fourmis rouges

Qui tour à tour se brisent et s’entrecroisent

Au sommet de meules minuscules.

 

Observer dans le feuillage comme palpitent

Au loin les écailles de mer

Tandis que des pics chauves se lèvent

De tremblants craquètement de cigales.

 

En allant dans le soleil qui éblouit,

Sentir, triste merveille,

Combien toute la vie avec ses peines

Est dans cette marche le long d’une muraille

Qu’en haut hérissent des tessons de bouteille.

 

Traduit de l’italien par Patrice Dyerval Angelini

In, Anthologie bilingue de la poésie italienne

Editions Gallimard (La Pléiade), 1994

 

Presso un rovente muro d’orto,

Ascoltare tra i pruni e gli sterpi

Schiocchi di merli, frusci di serpi.

 

Nelle crepe del suolo o su la veccia

Spiar le file di rosse formiche

Ch’ora si rompono e dora s’intrecciano

A sommo di minusculo biche.

 

Osservare tra frondi il palpitare

Lontano di scaglie di mare

Mentre si levano tremuli scricchi

Di sicale dai calvi picchi.

 

E andalo nel sole che abbaglia

Sentire con triste meraviglia

Com’è tutta la vita e il suo travaglio

In questo segitare una muraglia

Che ha in cima cocci aguzzi di bottiglia.

 

Ossi di seppia,

Piero Gobetti Edizioni, Torino, 1925. 

Poème précédent en italien :

Michel-Ange / Michelangelo Buonarotti: « A travailler tordu… »/ « I’ ho già fatto un gozzo… » (14/01/2016)

Poème suivant en italien :

Giuseppe Ungaretti: La Pitié / La Pietà (13/05/2016)