3272207864_1_2_tl2yiq7T[1]

 

Sensation

 

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,

Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :

Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.

Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

 

Je ne parlerai pas, je ne penserai à rien :

Mais l’amour infini me montera dans l’âme,

Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,

Par la Nature, - heureux comme avec une femme.

 

Mars 1870

 

In, « La Revue Indépendante », Janvier-Février 1889

Du même auteur :

Alchimie du verbe( 03/05/2015) 

Aube (08/05/2014)

Ma bohème (03/05/2017)

Après le déluge (03/05/2018)

Ophélie (03/05/2019)

Marine (03/05/2020)