ritter-hartmann-von-aue[1]

 

J’étais, tard dans la nuit, debout près d’un créneau.

Là j’entendis un chevalier qui chantait merveilleusement

sur un air de Kürenberg, parmi la foule.

Qu’il quitte le pays, ou il faut qu’il m’appartienne !

 

Qu’on me donne au plus vite mon cheval et mon harnois,

car à cause d’une dame il faut que je quitte ce pays.

Elle voudrait me contraindre à être son ami ;

elle sera pour toujours privé de mon amour.

 

Traduit du moyen-haut allemand par

Danielle Buschinger, Marie-Renée Diot

Et Wolfgang Spiewok

In, « Poésie d’amour du Moyen Age allemand

Union Générale d’Editions (10/18), 1993

 

‘Ich stuont mir nehtint spâte an einer zinne,

dô hôrt einen rîter vil wol singen

in Kürenberges wise al ûz der menigîn.

er muoz mir diu lant rûmen, alder ich geniete mich sîn.’

 

Nu brinc mir her vil balde mîn ros, mîn îsengewant,

wan ich muoz einer vrouwen rûmen diu lant.

diu wil mich des betwingen, daz ich ir holt sî.

si muoz der mîner minne iemer darbènde sîn.

 

Des Minnesangs Frühling.I

Nouvelle édition revue par H.Moser et H. Tervooren.

37ème édition, Stuggart, 1982

 

 

Poème suivant en moyen haut-allemand :

Der Burggraf von Regensburg : « Je suis avec constance… » / « Ich bin mit rehter staete…” (24/10/2016)