aJi2fsZ49Pc[1]

 

A la tourterelle

 

Oh,  pourquoi ris-tu, tourterelle des ténèbres ?

- Je ris de tes larmes de plâtre, de ton visage sévère,

De ton habit d’appariteur,

De cette cage d’oiseau prophète

Que tu caches dans ton cœur.

- O tourterelle, démon noir aux ailes blanches,

Mon prince !

- Je ris, quoi, c’est mon chant, le rire,

Connais-tu pas l’oiseau-rire ?

C’est ma manière à moi d’annoncer l’heure dernière.

 

Perché sur l’épaule du grand Juge

Au bord de Josaphat,

Je ris de ton malheur, de ta lampe de mineur,

De ton travail dans le charbon du malheur,

De ton sérieux, compère,

Je ris, c’est moi, l’oiseau-rire,

J’étais en cage chez un notaire.

 

Ah, tourterelle que j’ai dans la tête,

Dans le cercueil de plomb, dans le mur du temps,

Je sens remuer toutes les grandeurs de la terre,

Dans mes os, dans ma propre chair,

Ont passé ces messieurs de la hauteur ,

Ah, tourterelle, j’ai du plomb dans la cervelle,

Du grain pour rire de tourterelle !

 

Ecce Homo

Editions Gallimard,1945

Du même auteur :

Bohémienne 1940 (24/04/2015)

« Il y avait un grand silence… » (24/03/2017)

Se confondre (24/04/2018)

« Ils sont revenus, les morts... » (24/04/2019)