Literatur-Der-Schriftsteller-und-Lyriker-Peter-Huchel-in-den-50er-Jahren[1]

 

Ferme Thomasset

 

Au-dessus de la paille et du purin

La lumière suintante de la lanterne.

A l’anneau du mur,

Cimentés par la lune,

Le rude harnais des bœufs,

La baguette de pin rouge,

Le cuir au vireton meurtrier.

 

L’heure trouble,

Encore avec la traite de cinq heures –

La fleur desséchée du foin

Frôle

La tristesse des larges fronts.

 

Ouvre la porte.

L’odeur de l’étable se mêle

A l’odeur lactée des étoiles.

 

Sur les montagnes

Le silence,

Foulé par les pieds de l’aube.

Et sur les pierres,

Ecrasée,

L’hostie blanche des fleurs de pommiers.

 

 

Traduit de l’allemand par Emmanuel Moses

In, Peter Huchel : « La tristesse est inhabitable »

Editions de la Différence / Orphée, 1990

 

Du même auteur :

Exil (16/04/2015)

« Sous la houe brillante de la lune… » / Unter der blanken Hacke des Monds… » (16/04/2017)

Origine / Herkunft (16/04/2018)

Le tombeau d’Ulysse / Das Grab des Odysseus  (16/04/2019)

 

Ferme Thomasset

 

Über Stroh und Jauche

Das lecke Licht der Stallaterne.

Am Mauerring,

Eingemörtelt vom Mond,

Das schwere Ochsengeschirr,

Die rote Kiefernrute,

Das Leder mit tödlichem Bolzen.

 

Die trübe  Stunde,

Noch vor dem Fünfuhtmelken –

Es streift

Die trockene Blume des Heus

Die Trauer breiter Stirnen.

 

Offne die Tür

Es mengt sich der Stalldunst

Mit dem milchigen Dunst der  Sterne.

 

Aud den Bergen

Die Stille,

Vom Fuss der Frühe gekeltert.

Und auf den Steinen,

Zertreten,

Die weisse Hostie der Apfelblüte.

 

Chausseen, Chausseen,

Fischer Verlag, Frankfurt, 1963

 

Poème précédent en allemand :

Friedrich Hölderlin (1770 – 1843) :Ainsi Ménon pleurait Diotima /Menons Klagen um Diotima (14/02/2016)

Poème suivant en allemand :

Johann Wolfang Goethe : La chanson de Mignon / Mignons lied (22/06/2016)