Jose+Gutierrez+2+-+copia[1]

 

Du renoncement

 

Si avec le temps meurt cette chimère

de chercher une lumière qui jamais ne sera nôtre,

si les rêves deviennent une ombre noire

sous un ciel cerné par l’orage,

si le lieu de l’amour est la menace

et sa nudité l’éclat d’une pièce de monnaie,

si le plaisir ne nous suffit pas, si l’habitude

c’est ce miroir brisé, sans beauté,

mettons la vie au rebut et que la vaine

mémoire du silence soit ton héritage

écrit dans une fin qui nous condamne

 

Traduit de l’espagnol par Claude de Frayssinet

In,"Poésie espagnole, anthologie 1945 – 1990"

Actes Sud / Edition Unesco,1995

 

Du même auteur :

La mort que je n’ai pas eue (03/02/2017)

Paysage varié de l’amour / Vario paisaje del amor (03/02/2018)

 Ulysse (03/02/2019)

 

 

De la renuncia



Si con el tiempo muere la quimera

de buscar una luz que nunca es nuestra,

si los sueños se tornan negra sombra

bajo un cielo cerrado de tormenta,

si el lugar del amor es la amenaza

y su desnudo un brillo de monedas,

si el placer no nos basta y la costumbre

es ese espejo roto, sin belleza

dobléguese la vida y que la vana

memoria del silencio sea tu herencia

escrita en el final que nos condena.

 

 

De la renuncia,

Editorial Trieste, Madrid,1989

 

Poème précédent en espagnol :

 Jean de la Croix /Juan de la Cruz : « J’entrai, mais point ne sus où j’entrais… » / « Entréme donde no supe… » (28/01/2016)

Poème suivant en espagnol :

Octavio Paz : Pierres de soleil / Piedra de sol (17/02/2016)