arton5696-1daca[1]

 

Balbutiements

 

         Quand

         les dix doigts de l’Aurore

auront ouvert tes paupières

je serai près de toi

         écoutant la chanson

dont seule tu sais le refrain

 

         Quand

         le sourire du soleil

aura épanoui ton visage

je serai près de toi

         contemplant dans tes yeux

         le reflet du bonheur

 

         Quand

         enfin l’Amour

nous aura pris par la main

je serai près de toi

         comptant nos joies

      dans le creux de tes mains

 

Les ressacs,

Lettres congolaise, Kinshasa, 1969

 

Du même auteur : A bout de crucifiements (12/ 01/2015)