programmation[1]

 I

 

    Et vous, Mers, qui lisiez dans de plus vastes songes, nous

laisserez-vous un soir aux rostres de la Ville, parmi la pierre

 publique et les pampres de bronze ?

     Plus large, ô foule, notre audience sur ce versant d'un âge

sans déclin : la Mer, immense et verte comme une aube à l'orient

des hommes,

     La Mer en fête sur ses marches comme une ode de pierre :

vigile et fête à nos frontières, murmure et fête à hauteur d'hommes

 ̶  la Mer elle-même notre veille, comme une promulgation divine…

     L'odeur funèbre de la rose n'assiègera plus les grilles du tombeau;

l'heure vivante dans les palmes ne taira plus son âme d'étrangère...

Amères, nos lèvres de vivants le furent-elle jamais ?

     J'ai vu sourire aux feux du large la grande chose fériée : La Mer

 en fête de nos songes, comme une Pâque d'herbe verte et comme

fête que l'on fête,

     Toute la Mer en fête des confins, sous sa fauconnerie de nuées

blanches, comme domaine de franchise et comme terre de mainmorte,

comme province d'herbe folle et qui fut jouée aux dés...

 

     Inonde, ô brise, ma naissance ! Et ma faveur s'en aille au cirque

de plus vastes pupilles!... Les sagaies de Midi vibrent aux portes de la joie.

Les tambours du néant cèdent aux fifres de lumière. Et l'Océan, de toutes

parts, foulant son poids de roses mortes.

     Sur nos terrasses de calcium lève sa tête de Tétrarque.

 

Amers,

Editions Gallimard, 1957

Du même auteur :  

« Telle est l’instance extrême…. » (03/01/2014)

« Nous n’habiterons pas toujours ces terres jaunes… » (03/01/2015) 

Images à Crusoé (04/01/2017)

            Oiseaux (04/01/2018)

Pour fêter une enfance (04/01/2019)