6850_schnurre[1]

 

Chanson

 

C’est peu

ce que je demande à savoir ;

moins que

l’autorité n’exige.

 

Je désire savoir

où il y a des myrtilles

et non s’il y aura la guerre.

 

Je désire savoir

quand la pluie tombera

et  non en combien de parties

se démonte un fusil.

 

C’est peu

ce que je désire en cas de guerre ;

moins que

l’autorité n’exige.

 

Quand l’ennemi arrivera,

je prendrai mon filet à papillon

et je le briserai.

 

Mais je peux aussi bien

chanter cette chanson

et tous les blindés du monde

me passeront dessus ;

 

et puis je me relèverai

dans les vestiges de leur dévastation :

comme un bruant, comme un brin d’herbe.

 

C’est peu

ce que je demande à la vie ;

plus cependant

que ne voudrait l’autorité.

 

Traduit de l’allemand par Raoul Bécousse

In, Wolfdietrich Schnurre, « Messages clandestins et nouveaux poèmes »,

Editions Noah, 1986

Du même auteur :

Adoration / Anbetung (28/11/2014)

Quand le monde frappe à ta porte /Klopfzeichen (28/11/2016)

Message clandestin / Kassiber (28/11/2017)

Harangue du policier de banlieue pendant sa ronde du matin /Ansprache des vorortpolizisten waehrend der morgenrunde (28/11/2018)

 

 

 

 

Lied

 

Es ist wenig

was ich verlang zu wissen ;

weniger als

die Obrigkeit will.

 

Ich begehre zu wissen,

wo es Blaubeeren gibt

und nicht : gibt es Krieg.

 

Ich begehre zu wissen,

wann regen fällt

und nicht : in wieviel

Teile zerfällt ein Gewehr.

 

Es ist wenig,

was icht im Ernstfall begehre;

weniger als

die Obrigkeit will.

 

Wenn der Feind kommt,

nehm ich mein Schmettetlingsnetz

und zerschlags. 

 

Aber ich kann auch

dies lied singen, und alle

Panzer der Welt

fahren über mich weg;

 

und ich richte mich auf

in den Spuren ihrer Verwüstung:

eine Anmer, ein Halm.

 

Es ist wenig,

was ich vom leben verlange;

doch mehr,

als die Obrigkeit will.

 

Kassiber und neue Gedichte,

Ullstein Buch, Berlin, 1979 et 1982

Poème précédent en allemand :

Rainer-Maria Rilke: Nordsee, I (23/11/2015)

Poème suivant en allemand :

Paul Celan :Strette / Engfürhrung (1/12/2015)