7_henein---identite-2[1]

 

Chambre rebelle à toute demeure…

quoi de plus lourd au profil de l’absente que

          cette écharpe délaissée par le vent…

 

quoi de plus fidèle à son image que cette

          empreinte solaire là où pour la dernière

          fois se posa son pied lointain…

 

cette chambre douce comme une haleine à la

          recherche d’une joue, découvre soudain

          - à la proue de toute existence valable –

          les lois étranges de l’immobilité…

 

cette chambre où il ne manque qu’une femme,

          - mais non ses gestes établis parmi les

          meubles en fine poussière de réveil…

 

où il ne manque qu’un amour, - mais non ses

          projets incroyables qui se heurtent libre-

          ment à tous les murs…

 

où il ne manque que la volupté de l’hésitation,

          qu’une simple marge de faiblesse pour

          mesurer la vie d’égale à égal, brouillard

          en tête…

 

cette chambre appartient au monde des

          silences que l’on ne rompt qu’une fois…

 

Le signe le plus obscur.Poèmes

Editions Puyraimond, Paris,  Genève, 1977

 

Du même auteur : Le grand schisme » (11/11/2016)