76311037[1]

 

Nocturne 

 

J’adore la langueur de ta lèvre charnelle

Où persiste le pli des baisers d’autrefois.

                         Ta démarche ensorcelle,

Et la perversité calme de ta prunelle

A pris au ciel du nord ses bleus traîtres et froids.

 

Tes cheveux, répandus ainsi qu’une fumée,

Clairement vaporeux, presque immatériels,

                         Semblent, ô Bien-Aimée,

Recéler les rayons d’une lune embrumée,

D’une lune d’hiver dans le cristal des ciels.

 

Le soir voluptueux a des moiteurs d’alcôve ;

Les astres sont comme des regards sensuels

                         Dans l’éther d’un gris mauve,

Et  je vois s’allonger, inquiétant et fauve,

Le lumineux reflet de tes ongles cruels.

 

 

Sous ta robe, qui glisse en un frôlement d’aile,

Je devine ton corps, ― les lys ardents des seins,

                         L’or blême de l’aisselle,

Les flancs doux et fleuris, les jambes d’Immortelle,

Le velouté du ventre et la rondeur des reins.

 

La terre s’alanguit, énervée, et la brise,

Chaude encore des lits lointains, vient assouplir

                         La mer enfin soumise…

Voici la nuit d’amour depuis longtemps promise…

Dans l’ombre je te vois divinement pâlir.

 

 

 

Etudes et Préludes

Alphonse Lemerre éditeur, 1901

 

Du même auteur :

Victoire (06/11/2014)

Devant l’été (06/11/2016)