article-2265000-17051E9F000005DC-349_306x517[1]

 

L’agneau de Marie

 

L’agneau pascal frit dans sa graisse.

La graisse

Sacrifie son opacité…

 

La vitre est d’or sacré.

Le feu la rend précieuse,

Le même feu toujours

 

Fondant le suif des hérétiques

Et débusquant les juifs.

Leurs draps de fumée noire ondoient

 

Sur les stigmates de la Pologne

Et l’Allemagne incendiée.

Ils ne meurent pas.

 

Des oiseaux gris hantent mon cœur,

Bouche en cendre, œil cendreux,

Ils se posent. Sur l’immense

 

Précipice

Qui a vidé un homme dans l’espace

Les fours flambaient en cieux, incandescents.

 

Et c’est un cœur,

L’holocauste où j’entre,

O bel enfant d’or que le monde tue et mange.  

 

Traduit de l’anglais par Françoise Morvan

In, « Sylvia Plath : Arbres d’hiver précédé de La Traversée »

Editions Gallimard (Poésie), 1999

 

Du même auteur :

Lettre d’amour (11/10/2016)

Berck plage / Berck-plage (11/10/2017)

 

Wuthering Heights(11/10/2018)

 

Mary’s Song

 

 

The Sunday lamb cracks in its fat. 

The fat 

Sacrifices its opacity. . . . 

 

A window, holy gold. 

The fire makes it precious, 

The same fire 

 

Melting the tallow heretics, 

Ousting the Jews. 

Their thick palls float 

 

Over the cicatrix of Poland, burnt-out 

Germany. 

They do not die. 

 

Grey birds obsess my heart, 

Mouth-ash, ash of eye. 

They settle.  On the high 

 

Precipice 

That emptied one man into space 

The ovens glowed like heavens, incandescent. 

         

It is a heart, 

This holocaust I walk in, 

O golden child the world will kill and eat.

  

In, “The Review, Number 9, October 1963”,

Oxford Nexus Pub, 1963

 

Poème précédent n anglais :

                                         Emily JaneBrontë : Il devrait n’être point de désespoir pour toi / There should be no despair for you (18/07/2015)                                                                                                                      

Poème suivant en anglais : 

Walt Whitman  : Drossé au sable / Sea - drift (28/01/2016)