Roparz_Hemon_01[1]

 

La grande jalousie d’Emer

 

Sur les longues herbes marines

Se rassemblent les cygnes.

Peine et douleur.

Leur bande rapide vole

Et s’évanouit dans la lueur

Du jour qui meurt. Là où

On les vit, clairement, fuir,

Descend dans la brume de mer

Sur leur sillage le noir sortilège.

Kouc’houlin

Je t’ai apporté tous les cygnes

Qui volaient sur le lac ; et je suis las

D’avoir poursuivi jusqu’au coucher du soleil,

Et saisi çà et là le long du rivage

Les pauvres oiseaux. Ce jeu ne vaut

Rien pour  un guerrier, Emer, insensée

Est la femme la plus sage ; insensé aussi

L’époux qui se plie à son caprice.

Emer

                                                 Ce n’est pas moi,

Qu’il faut blâmer, mais les femmes

Qui étaient avec moi assises sur le mur,

Tandis que vous, réunis entre hommes,

Gouverniez le monde à coups de paroles éloquentes.

Autre était notre entretien : enfants,

Epoux, amis, habits et bijoux.

Et voici venir soudain les cygnes dans le ciel,

Et nous les regardions. L’une alors

Désira un couple d’oiseaux ; une autre

Aussi ; et toutes de même ; enfin chacune

Se mit à louer la force de son ami ou de son époux,

Et son adresse. Je ne soufflais pas mot

Avant la fin. « Ecoutez, » dis-je,

« Si l’homme que vous aimez peut attraper

Pour vous deux cygnes, mon époux, mon Kouc’houlin,

S’il voulait les attraperait jusqu’au dernier. »

« C’est vrai, » dirent-elles, « c’est vrai, ton Kouc’houlin

Attrapera pour nous tous les cygnes ! » Aussitôt

Je t’en priai quand je suis venu vers toi.

Et maintenant elles sont parties joyeuses,

Chacune avec ses deux oiseaux sur les épaules…

 

Traduit du breton par Alain Le Berre

In, Revue « Vagabondages, N°36, Février 1982 »

Association « Paris-poète », Librairie Séguier, 1981

 

Du même auteur : Vie / Buhez (04/09/2016)

 

 

Gwarizi vras Emer

 

War ar gwalasù, stank-ha-stank,

An elerc’h. Doan hag anken.

O bagad buhan a nij

Hag a steuz e sklerijenn

An deiz o vervel. El lec’h

M’o gweljod, splann, o tec’hout,

E tiskenn el lusenn-vor

Hud ha duder war o roud.

Kouc’houlin

Degaset em eus dit an elerc’h holl

A nije war al lenn ; ha skuizh on bet

O redek war o lerc’h betek kuzh-heol,

 A-hed an traezh o pakañ hag o pakañ

An evned kaezh. Ne dalv ar c’hoari-se

Mann d’ur brezelour. Emer, bez’ez eo

Diboell ar furan maouez ; diboell ivez

Argwag a bleg d’he froudenn.

 

Emer

Da wreg, a zo da damall, ’met ar merc’hed

A oa ganin azezet war ar voger,

Tra m’edoc’h-c’hwi, ar wazed, er vodadeg

O ren ar bed gant komzoù bras helavar. 

Ur fistilh all a oa ganimp : bugale,

Ezhec’h, karidi, dilhad ha bravigoù.

Ha sed an elerc’h trumm o tont en oabl,

Ha ni da sellout. Unan a c’hoantaas

Neuze ur c’houblad evned ; unan all

Ivez; an holl evelti ; ha pep unan

Da veuliñ nerzh he mignon pe he gwaz,

Hag e ampartiz. Ne lavaris mann

Betek an diwehz. « Klevit mat, » emezon,

« Mar deo ar paotr a garit gouest da bakañ

Daou alarc’h deoc’h, va ozhac’h, va C’houc’houlin.

O fafke holl ma karfe, gwitibunan. »

« Gwir eo, » emezo, « gwir eo, da Gouc’houlin 

A bako dimp an elec’h ! » Ha raktal,

Davedon pa’z out deut e ris va fedenn.

Ha bremañ, aet int laouen kuit, pep hini

He c’houblad war he diskoaz.

 

Barzhonegoù

Skridoù Breizh embanner, Brest, 1943

Poème précédent en breton :

Ronan Huon : Les écluses / Ar Sluzioù (11/08/2015)

Poème suivant en breton :

Fañch Peru  : « Sur le muret du port… / War morgerenn ar porzh-mor… »  (02/10/2015)