autorid20404[1]

 

Une voix

 

Je veux appartenir à la voûte obscure comme un amant désarmé,

devenir le souffle du silence sur les épaules des nuages.

Je veux adhérer à l’ombre des paroles du feuillage

et comprendre la terre dans la soie farouche du désir.

 

Traduit  du portugais par Michel Chandeigne,

in « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie »

Editions Gallimard (Poésie), 2010

Du même auteur :

La femme dilacérée / A mulher dilacerada (02/09/2014)

Quand la lumière s’efface… / Quando a luz se apaga (02/09/2016)

Un homme obscur dans une ville lumineuse /Um homem obscuro numa cidade luminosa (02/09/2017)

La maison / A casa (19/02/2019)

 

Uma voz

 

Quero pertencer à abóbada escura como um amante interme

e ser o alento do silêncio sobre os ombros das nuvens.

Quero aderir à sombra das palavras da folhagem

e compreender a terra na selvagen seda do desejo. 

Poème précédent en portugais :

Fernando Pessoa: « Plutôt le vol de l’oiseau … » / «  Antes o vôo da ave, que passa » (20/06/2015)

Poème suivant en portugais :

Fernando Pessoa : Passage des heures / Passagem das horas (20/07/2016)